Coronavirus (Covid-19) : informations et lignes directrices générales

Publié le 14/03/2020 - Mis à jour le 07/04/2020

Où trouver des recommandations et informations sur le Coronavirus (COVID-19) ?

Nous vous invitons à consulter le site internet mis en place par le gouvernement : https://www.info-coronavirus.be/fr/

Pourquoi écrire des recommandations particulièrement pour les psychologues indépendants et cliniciens ?

Les recommandations que nous indiquons ci-dessous sont des recommandations générales qui peuvent être applicables à votre situation.
Toutefois, les psychologues qui travaillent dans les écoles, centres PMS, entreprises, hôpitaux, maisons de retraite… recevront des lignes directrices et des recommandations spécifiques adaptées à leur lieu de travail. Il appartient donc à chacune de ces institutions d’indiquer les meilleures mesures préventives à prendre selon leur spécificité.

Les mesures dans les hôpitaux, les services de santé mentale, etc.

Des directives supplémentaires sont attendues pour les hôpitaux, les centres de santé mentale et autres. Nous vous tiendrons informés dès que nous aurons plus d'informations.

Lignes directrices générales sur la communication, le premier accueil, le changement de comportement et la téléconsultation

Le coronavirus (Covid - 19) est au centre de l'actualité. Maintenant que le gouvernement a pris des mesures drastiques qui affectent la vie quotidienne des citoyens, l'agitation au sein de la population grandit. Nous demandons donc aux psychologues de diffuser les conseils suivants à la population de toutes les manières possibles :

  • Gardez le bon point de vue : actuellement, il existe deux menaces réelles :
  1. Les groupes vulnérables : le virus menace un certain nombre de groupes dans notre société, en particulier les personnes âgées (65 ans et plus) et les personnes déjà affaiblies (par exemple par une autre maladie). Nous devons les protéger.
  2. La surcharge du système de santé : il existe un risque réel de surcharge de notre système de santé. En conséquence, les soins de base essentiels ne pourraient plus être fournis en raison de la défaillance des prestataires de soins de première ligne ou les personnes touchées ne pourraient plus être admises dans nos hôpitaux. Nous ne pouvons peut-être pas prévenir l'infection, mais nous pouvons réduire et aplanir le pic d'infection afin d'éviter une telle surcharge.

Il n'y a donc pas de danger immédiat pour votre propre santé.

  • Assurez-vous de bien connaître les faits : dans une période d’anxiété, nous savons que des "fake news" circuleront bientôt ou circulent déjà. Les recherches en psychologie nous ont appris que lorsque les gens sont anxieux, ils font preuve d'un biais cognitif et sont plus susceptibles de prêter attention aux éléments qui les dérangent et de les amplifier. Rectifiez cela et faites appel aux informations officielles et objectives fournies par le gouvernement : https://www.info-coronavirus.be/fr/.
  • Parlez-en avec vos enfants : surtout maintenant que les cours et les activités récréatives et sportives sont suspendus, ces mesures touchent également les enfants. Parlez-en avec eux en leur donnant des informations vraies et adaptées à leur âge. Les parents peuvent aider leurs enfants à faire face au stress et à l'anxiété en les laissant se concentrer sur la routine quotidienne. N'oubliez pas que les enfants considèrent leurs adultes proches comme des modèles sur la manière de gérer cette situation. N’hésitez pas à le rappeler aux parents.
  • Restez en contact : En restant en contact avec votre environnement, vous pouvez maintenir une certaine forme de normalité, partager des sentiments et évacuer le stress. Encourager les gens à partager entre eux les directives et les informations officielles afin de réfuter les "fake news" et de ne pas faire grandir le sentiment d’inquiétude. Respectez toutefois les mesures gouvernementales visant à empêcher la propagation du virus.
  • Cherchez une aide professionnelle : remarquez si vous êtes submergé par des sentiments d'anxiété, de peur et que ceux-ci perturbent votre vie quotidienne (travail, relations personnelles). Contactez ensuite un professionnel de la santé mentale, de préférence un psychologue de votre région. Il est très important de ne pas surcharger davantage les établissements tels que nos hôpitaux pour le moment.
  • Encouragez la sécurité personnelle : les gens peuvent veiller à leur propre sécurité et à celle de leur entourage. Ce sentiment de maîtrise de soi est important pour contrecarrer les sentiments d'anxiété. Cela peut se faire en suivant les directives du gouvernement en matière d'hygiène personnelle (par exemple, le lavage des mains), de mesures sur leur environnement (tel qu’éviter les événements), de respect de la distance sociale (par exemple : éviter un trop grand nombre de personnes dans des environnements trop petits), etc. Un aperçu de ces mesures est disponible sur https://www.info-coronavirus.be/fr/.
  • Privilégiez autant que possible la téléconsultation par internet et par téléphone : Afin d'éviter une nouvelle propagation du virus, mais en même temps de garantir la continuité des soins, les consultations par téléphone et par internet offrent une alternative valable. La téléconsultation est la norme. Cela signifie que vous pouvez continuer à voir physiquement vos clients/patients uniquement si les trois conditions cumulatives suivantes sont remplies :
    • Cela concerne un client/patient pour qui une téléconsultation par téléphone ou en ligne n’est pas envisageable ;
    • Cela concerne un client/patient pour qui l’accompagnement ne peut être interrompu sans risque de décompensation, qui nécessiterait une aide d’urgence. Cette aide d’urgence (équipes mobiles, services d’urgence, médecins généralistes…) est déjà surchargée actuellement et nous devons tout faire pour éviter une surcharge plus importante.
    • Cela concerne un accompagnement pour lequel les mesures d’hygiène adaptées sont rencontrées (le patient/client n’est pas malade, les mains sont lavées, la distance sociale respectée, les lieux sont adaptés, etc.). Vous pouvez trouver un résumé des mesures d’hygiène dans nos lignes directrices déjà envoyées.
    Dans tous les autres cas, il ne peut y avoir de consultations physiques. Nous comprenons mieux que quiconque que les pratiques et le secteur sont soumis à une forte pression en raison des listes d'attente et ne feront que croître. Cependant, en tant que psychologues, nous sommes en première ligne pour mettre en place les changements de comportement nécessaires pour faire face à cette épidémie. Nous devons donc vraiment donner l'exemple et respecter les lignes directrices !

     
    Partagez cette page