Le code en bref : 5 piliers

Les règles de bonne conduite reprises dans le code sont réparties selon 5 principes:

  1. Le secret professionnel (articles 5 à 20) : Le psychologue agissant en tant que confident nécessaire est tenu au secret professionnel conformément à l'article 458 du Code pénal. S'il est autorisé à ou obligé de parler en vertu d'une loi, d'un décret ou d'une ordonnance, il ne peut parler que dans les limites de cette autorisation ou obligation. Quant aux psychologues qui exercent une activité qui n'entre pas dans la catégorie des activités qui contraignent au secret professionnel, ils sont, à tout moment, tenus à une obligation de discrétion. Outre le rappel de ce principe fondamental, cette section du code aborde le secret professionnel dans le cadre de la pratique professionnelle du psychologue.
  1. Respect de la dignité et des droits de la personne (articles 21 à 24) : le psychologue est tenu de respecter les droits de son client, et en particulier sa liberté, sa dignité, son intimité, son autonomie et son intégrité.  Cette section du code aborde notamment la question du consentement libre et informé et celle du suivi des clients mineurs.
  1. La responsabilité (articles 25 à 29) : quel que soit le règlement de travail auquel il est soumis, le psychologue est responsable des choix qu’il effectue et des avis qu’il fournit. Sont notamment traitées dans ce chapitre, l’obligation de moyens, l’obligation de contracter une assurance et la continuité des services rendus par le psychologue à son client.
  1. La compétence (articles 30 à 34) : le psychologue se doit d’entretenir et de développer son expertise. Lorsqu’il fait l’expérience des limites de ses compétences, il doit mener une réflexion critique à ce propos. Cette section traite entre autres de la nécessité pour le psychologue d’évaluer ses compétences en temps voulu et, si le besoin l’exige, d'adresser son client à un autre professionnel.
  1. Intégrité et honnêteté (articles 35 à 51) : en tant que professionnel, le psychologue adopte une position indépendante. Il ne peut toutefois pas privilégier ses intérêts personnels dans le cadre de l’exercice de sa profession. Ce principe impose au psychologue de respecter un cadre strict en matière de recherche du profit, de mélange des rôles, de publicité, etc. Ce chapitre aborde notamment la question de la transmission d’informations et celle de l’obligation d’interpeller les collègues en cas de non-respect des règles éthiques.

 

 
Partager ce post